Renew Europe appelle à une stratégie européenne globale dans la guerre contre le cancer

Auteur : Miguel Antony M Chevalier

Date :

Partager :

Renew Europe se réjouit que le Comité spécial pour la lutte contre le cancer (BECA) ait aujourd'hui largement soutenu le rapport de la députée européenne Véronique Trillet-Lenoir sur un plan européen de lutte contre le cancer. Chaque année, 1,3 million de personnes meurent encore du cancer en Europe, dont 6 000 enfants. Dans ce rapport, Véronique Trillet-Lenoir, elle-même cancérologue, entend inverser ces tristes chiffres en poursuivant des mesures plus fortes et des objectifs plus ambitieux dans la lutte contre le cancer en Europe. Le rapport, qui repose sur l'élimination des inégalités en matière de santé et d'accès aux soins, s'articule autour de quatre grands axes :

  • La prévention reste le meilleur remède. Environ 40 % des cancers sont évitables. Les mesures législatives et les recommandations aux États membres devraient promouvoir des modes de vie plus sains et réduire les risques externes pour la santé. Le rapport comprend également l'objectif d'une "génération sans tabac en 2040".
  • Le dépistage et la détection précoce seront optimisés par une plateforme d'échange et de collaboration entre les structures nationales.
  • L'égalité d'accès aux soins sera fondée sur des critères de qualité afin de garantir la meilleure prise en charge possible, en particulier pour les cancers complexes et rares, tandis que l'accès de tous aux traitements disponibles, abordables et innovants sera garanti.
  • Soutien aux patients et à leurs aidants pendant et après la maladie. Des recommandations aux États membres seront formulées pour améliorer la qualité de vie. Le rapport soutient le déploiement du "droit à l'oubli", afin que les patients ne soient plus pénalisés après leur guérison.

L'eurodéputée Véronique Trillet-Lenoir (Renaissance, FR) déclare : "Pour atteindre ces objectifs, notre principal levier d'action repose sur une recherche européenne ambitieuse, multidisciplinaire, indépendante, coordonnée et adéquatement financée, s'appuyant fortement sur le partage des données et l'intelligence artificielle. L'articulation des actions de prévention, de soins et de recherche sera assurée par un centre de connaissances européen constituant un "Institut européen du cancer" virtuel. L'engagement des États membres en faveur de pratiques de qualité pourrait être formalisé par la signature d'une "Charte européenne des patients atteints de cancer"." Ce plan sera financé à hauteur de 4 milliards d'euros par le programme EU4HEALTH, mais aussi par les crédits de recherche d'Horizon Europe et des fonds de cohésion.