Biélorussie : L'UE ne peut neutraliser les attaques hybrides de Minsk qu'en restant unie

Auteur : Lucian Goleanu

Date :

Partager :

Belarus pic

Le groupe Renew Europe au Parlement européen se félicite du nouveau paquet de sanctions visant les individus et les entités qui organisent ou contribuent aux activités du régime de Loukachenko. Activités qui facilitent le franchissement illégal des frontières extérieures de l'UE.

Les fonds supplémentaires de l'UE destinés à aider les États membres confrontés aux attaques hybrides de la Biélorussie ainsi que les mesures supplémentaires annoncées aujourd'hui par la Commission européenne sont de bons exemples de solidarité. Mais ces actions doivent également s'accompagner d'une politique européenne cohérente et forte en matière d'asile et de migration si nous voulons éviter que Loukachenko ne fasse du chantage à l'UE et ne s'en prenne aux Européens comme aux Biélorusses.

Des réponses doivent être immédiatement apportées à la crise humanitaire, car les migrants piégés à la frontière polonaise manquent d'abris adéquats, de nourriture, d'eau et de soins médicaux.

S'exprimant lors du débat en plénière aujourd'hui, le député européen de Renew Europe, Petras Auštrevičius (Mouvement libéral lituanien), également rapporteur permanent du Parlement européen sur la Biélorussie, a déclaré :

"Cette crise migratoire provoquée intentionnellement est utilisée par le régime de Lukashenko pour menacer, influencer et affaiblir la politique intérieure et étrangère de l'UE. Il s'agit d'une menace multidimensionnelle croissante dans laquelle le Kremlin est impliqué. Nous, en tant qu'Union européenne, devons maintenir notre unité en répondant aux attaques hybrides de Lukashenko, ne pas reconnaître son régime illégal, soutenir l'appel du peuple biélorusse pour des élections libres et démocratiques et la justice pour la répression subie."

L'eurodéputée de Renew Europe, Nathalie Loiseau (délégation Renaissance, France), présidente de la sous-commission sécurité et défense, a ajouté :

"Nous n'avons aucune raison de céder à Lukashenko, un maître chanteur. Nous devons apprendre à nous protéger contre les attaques hybrides, une guerre à faible coût que les régimes autoritaires mènent contre l'Europe. Pour ces autoritaires, tout est permis. Nous répondrons à ces attaques en respectant la loi, car ce sont nos valeurs, mais nous répondons parce que c'est notre droit de le faire."