Le Parlement européen adopte les demandes de Renew Europe en faveur d'un embargo énergétique russe

Auteur : Clara De Melo Ponce

Date :

Partager :

Le Parlement européen a adopté aujourd'hui l'appel de Renew Europe pour un embargo immédiat et complet de l'UE sur les importations russes de pétrole, charbon, combustible nucléaire et gaz. A la suite de notre initiative politique, l'amendement que nous avons déposé en ce sens a été adopté par 413 voix.

La résolution salue le cinquième train de sanctions annoncé par la Commission européenne, mais va plus loin en demandant un soutien militaire accru à l'Ukraine et une exclusion totale des banques russes du réseau SWIFT. Le texte réitère l'appel du Parlement aux institutions de l'UE à travailler à l'octroi du statut de candidat à l’adhésion à l’UE à l'Ukraine afin d’envoyer un signal politique clair. La résolution appelle également les pays tiers à s'aligner sur les sanctions de l'UE.

Stéphane Séjourné, Président de Renew Europe, a déclaré :

« L’adoption rapide de sanctions a montré l'unité de l'UE et sa volonté de défendre nos valeurs communes face à l'agression de la Russie contre l'Ukraine. Alors que d'autres ont failli, la famille de Renew Europe a montré la voie en appelant à une réponse ambitieuse à la campagne meurtrière de Poutine. Face aux crimes odieux contre l'humanité, nous appelons les partenaires de l'UE dans le monde entier à s'aligner sur nos trains de sanctions »

Luis Garicano, vice-président de Renew Europe et négociateur principal de notre groupe pour la résolution, a déclaré :

« Notre priorité doit être de priver le régime de Poutine des ressources dont il a besoin pour financer sa méprisable machine de guerre et cela ne sera possible qu'avec un embargo énergétique total. Au lieu de soutenir le régime de Poutine, nous devons le démolir. Il est inacceptable qu'au lieu de payer un petit prix pour la liberté, nous payions pour les balles utilisées à Boutcha. Si l'Europe n'en fait pas assez, l'histoire ne nous verra pas comme un spectateur ; l'histoire saura que nous étions complices ».