La Facilité pour la reprise et la résilience construit une Europe plus forte, mais d'importants enseignements restent à tirer

Auteur : Yannick Laude

Date :

Partager :

ECON BUDG RRF picture

En juillet 2020, pour répondre à la crise économique déclenchée par la pandémie, les Institutions de l'UE se sont accordées sur un plan de relance européen, dont le cœur était la Facilité pour la reprise et la résilience (FRR), une enveloppe de 560 milliards d'euros, dont 310 de subventions. Renew Europe a pris une part active à cet accord, marqué par une dette commune historique gérée par la Commission européenne. L'heure du premier bilan est venue aujourd'hui avec le vote par le Parlement européen, réuni en session plénière à Bruxelles, du premier rapport annuel sur la mise en œuvre de la Facilité.

Renew Europe estime que la Facilité a prouvé son efficacité et renforcé l'Union en temps de crise, soutenant la convergence économique entre les États membres et permettant le financement de projets transfrontaliers stratégiques à valeur ajoutée européenne. Cependant, d'importants défis demeurent et pourraient mettre en échec ce projet européen historique. Renew Europe exige une évaluation qualitative plus stricte des jalons et des objectifs atteints par les États membres avant de débloquer les décaissements - en visant particulièrement le plan polonais. Il demande également à la Commission d'évaluer pourquoi les fonds mettent tant de temps à parvenir aux bénéficiaires finaux dans la plupart des États membres. Enfin, Renew Europe attend de la Commission qu'elle utilise les enseignements tirés de la première année de mise en œuvre de la Facilité pour renforcer son efficacité dans les années à venir ainsi que pour préparer l'Union à une nouvelle crise, comme celle provoquée par l'invasion russe en Ukraine.

Dragos PISLARU (REPER, Roumanie), co-rapporteur parlementaire à la commission des affaires économiques et monétaires (ECON) pour le rapport sur la mise en œuvre de la facilité pour la reprise et la résilience, a déclaré :

« Aujourd'hui, le Parlement fait un pas de plus en veillant à ce que la responsabilité démocratique soit un principe solide au cœur du plus grand instrument financier que l'UE ait jamais vu. La question la plus importante que nous devons nous poser est : que laissons-nous derrière nous ? Laissons-nous la FRR être un passif ou plutôt un héritage ? Au cours des prochaines années, nous avons l'occasion de montrer que nous avons appris quelque chose de la pandémie. Et quelle meilleure façon de le faire qu'en explorant les succès et les lacunes de la FRR. Nous vivons des temps difficiles, qui exigent à la fois unité et flexibilité. L'unité signifie également l'inclusivité, mais les États membres ont peu fait pour inclure les parties prenantes dans la conception des plans. La flexibilité signifie s'adapter aux défis permanents. REPowerEU améliorera la FRR et stimulera les États membres afin qu’ils ajoutent dans leurs plans des mesures visant à atteindre la souveraineté et l'indépendance énergétiques ».

Luis GARICANO (Ciudadanos, Espagne), rapporteur fictif pour ce dossier à la commission des budgets (BUDG), a ajouté :

« Nous sommes à un moment décisif pour le succès de la FRR. La Commission doit faire son travail et mettre en œuvre les réformes nécessaires dans chaque État membre pour rendre leurs économies durables, résilientes et prêtes pour l'avenir ».