Pakistan : L'UE doit agir pour protéger les communautés religieuses contre les lois abusives sur le blasphème.

Auteur : Lucian Goleanu

Date :

Partager :

Aujourd'hui, les députés européens ont adopté une résolution d'urgence sur les lois sur le blasphème au Pakistan, en particulier le cas de Shagufta Kausar et Shafqat Emmanuel condamnés à mort en 2014 pour blasphème, appelant les autorités pakistanaises à les libérer immédiatement et inconditionnellement et à annuler leur sentence.

Le groupe Renew Europe du Parlement européen condamne fermement ces lois et la peine de mort dans son ensemble et attend du gouvernement pakistanais qu'il les abolisse au plus vite. Ces lois sont souvent utilisées de manière abusive afin de porter de fausses accusations afin de cibler des groupes vulnérables, en particulier les femmes et les minorités religieuses au Pakistan, et afin de servir diverses motivations, notamment le règlement de différends personnels ou la recherche de gains économiques.

Ulrike Müller (Freie Wähler, Allemagne), députée européenne de Renew Europe qui a négocié la résolution au nom de notre groupe, a déclaré que les lois sur le blasphème vont à l'encontre des droits de l'homme, des droits des minorités, de la liberté d'expression et de la religion :

"Dans le cas des deux prisonniers, Kausar et Emmanuel, nous insistons et demandons aux autorités pakistanaises de lancer immédiatement une procédure d'appel et d'éviter le recours à la torture envers le couple chrétien afin d'obtenir une concession. Aucun usage de la torture, ni dans ce cas, ni dans d'autres !

Nous condamnons fermement les menaces proférées par les autorités pakistanaises envers tout membre de l'Union européenne pour des motifs de blasphème. La sécurité des citoyens européens résidant au Pakistan doit être garantie.

Nous attendons de la Commission et du Service européen pour l'action extérieure qu'ils réévaluent immédiatement et fassent rapidement rapport au Parlement européen quant à l'éligibilité du Pakistan au programme Système Généralisé de Préférences en faveur du développement durable et de la bonne gouvernance (SPG+) et qu'ils déterminent s'il existe des raisons suffisantes pour engager une procédure de retrait temporaire de ce statut et des avantages qui en découlent."

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Goleanu Lucian

Tel : +32 2 283 40 20

Mob : +32 474 09 14 39

Email : lucian.goleanu@europarl.europa.eu