Certificat Covid numérique européen: Renew Europe se félicite de l'accord visant à rétablir la libre circulation

Auteur : Caroline Rhawi

Date :

Partager :

Après de longues et difficiles négociations, les législateurs de l'UE ont trouvé aujourd'hui un accord sur la conception de la réglementation du certificat Covid numérique européen. L'accord consacre l'engagement de Renew Europe à rétablir rapidement la liberté de circulation, à sauver le tourisme et à relancer l'économie tout en maîtrisant la Covid-19.

Dacian Cioloş, Président de Renew Europe, déclare :

"Nous saluons cet accord sur le certificat vert numérique qui établit des règles communes et non discriminatoires. Ce certificat est également très attendu par tous ceux qui doivent se déplacer pour leur travail, comme les travailleurs transfrontaliers et les travailleurs des transports. Les citoyens européens pourront bientôt voyager à nouveau et planifier leurs vacances d'été en toute confiance. "

Il poursuit : "Dans cette négociation, notre groupe a particulièrement insisté sur l'accès à des tests abordables. C'est important pour tous les Européens qui attendront encore d'être vaccinés dans les semaines et les mois à venir. Eux aussi doivent être en mesure de voyager. Nous saluons un système facile à comprendre. Il est important de ne pas ajouter de nouvelles charges administratives aux citoyens et aux entreprises. Le prix ne doit pas être une barrière pour tous ceux qui disposent de moyens financiers limités. C'est une question de justice sociale à l'heure où la crise sanitaire a accru les inégalités."

Renew Europe se félicite que le Parlement européen ait pu obtenir un financement de l'UE de 100 millions d'euros pour la réalisation de tests gratuits aux fins du certificat pour des groupes spécifiques, tels que les personnes qui traversent fréquemment les frontières pour le travail ou l'école ou pour s'occuper de leur famille. Cela contribuera à rétablir le droit fondamental des citoyens à la libre circulation tout en évitant la discrimination.

Par ailleurs, les États membres s'abstiennent d'imposer des restrictions supplémentaires aux voyages, telles que la mise en quarantaine ou des tests supplémentaires, à moins qu'ils ne soient nécessaires et proportionnés afin de préserver la santé publique. Cette clause permet toujours aux États membres d'imposer des restrictions, mais le Parlement contrôlera quotidiennement la manière dont le règlement est mis en œuvre dans la pratique.

Sophie in 't Veld, négociatrice de Renew Europe, ajoute : "Le Parlement européen a travaillé sur cette proposition avec une seule considération : de quoi les Européens ont-ils besoin pour voyager à nouveau librement et en toute sécurité ? Il a obtenu un soutien financier pour les personnes pour lesquelles le coût des tests est trop élevé. Les personnes à faibles revenus ont déjà été les plus durement touchées. Pensez aux travailleurs de la santé et à toutes les autres personnes qui ont besoin d'une pause et souhaitent voyager à l'étranger. Ou aux personnes qui travaillent à l'étranger ou qui ont de la famille à l'étranger. C'est pourquoi cette proposition est soutenue par le Parlement européen et les citoyens européens. Il est décevant que les gouvernements nationaux ne la soutiennent pas."

Le Parlement européen a été uni dans son objectif de faciliter la vie des citoyens européens. En conséquence, nous avons poussé les gouvernements des États membres à adopter une position européenne plus ambitieuse, notamment en fournissant des tests gratuits pour tous les citoyens de l'UE dans le cadre de la Covid-19. Le refus des États membres de mettre fin au patchwork de mesures et de faire passer l'intérêt des citoyens en premier est décevant, et nous demandons instamment aux États membres de s'abstenir d'imposer des restrictions supplémentaires.

Toutefois, le compromis global sur un certificat européen unique aidera nos citoyens à voyager à nouveau librement dans l'UE. Les citoyens européens comptent sur nous pour trouver une solution et, avec cet accord, le Parlement européen a présenté une législation à temps pour qu'elle soit pleinement mise en œuvre avant la saison estivale.

Une fois l'accord provisoire approuvé par la plénière en juin, nous comptons sur les États membres pour rendre rapidement les certificats opérationnels dans chaque pays. Ces Etats membres qui ne sont pas encore prêts à déployer la délivrance des certificats bénéficieront d'un délai maximum de six semaines pour le faire. Nous leur demandons toutefois de le limiter au minimum et de reconnaître les certificats délivrés par les autres États membres pendant cette période.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Caroline Rhawi

Mob : +46 (0)73 912 70 77

Email : caroline.rhawi@europarl.europa.eu