Renew Europe encourage la création de nouvelles voies pour la migration légale vers l'UE

Auteur : Caroline Rhawi

Date :

Partager :

Labour migration



Sous la direction d'Abir Al-Sahlani, députée européenne de Renew Europe, la Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures vient d'adopter un rapport législatif d'initiative, appelant à la création de nouvelles voies pour la migration légale des travailleurs vers l'UE.

Le rapport précède la présentation du "paquet Compétences et Talents" de la Commission européenne, attendu pour la fin de 2021 et souligne les différents problèmes qui doivent être abordés dans la proposition à venir afin d’attirer les travailleurs en demande en Europe, pour éviter de pousser les migrants à utiliser les canaux de migration clandestine et pour faciliter une meilleure intégration.

Abir Al-Sahlani, rapporteure du Parlement européen pour le rapport, déclare : "Une Europe forte et compétitive a besoin d'une immigration légale afin de relever correctement les défis démographiques et économiques auxquels l'Union est confrontée. Mon rapport présente plusieurs propositions pour y parvenir."

"Grâce à notre groupe politique, le rapport préconise la création d'une réserve de talents à l'échelle de l'UE pour les ressortissants de pays tiers, migrant légalement. La plateforme de mise en relation volontaire servirait d'outil utile à ceux qui souhaitent postuler pour un emploi dans les États membres et aux employeurs basés dans l'UE pour rechercher dans les pays tiers des employés potentiels", poursuit-elle.

Par ailleurs, Renew Europe a oeuvrer en faveur d'un système d'admission pour les travailleurs de pays tiers peu ou moyennement qualifiés, en complément de la révision déjà adoptée de la directive sur la carte bleue, pour les travailleurs de pays tiers hautement qualifiés. Cela permettra de renforcer la compétitivité économique de l'UE.

Un autre élément essentiel du rapport est l'appel à un régime d'admission pour les entrepreneurs et les travailleurs indépendants qui garantisse l'égalité de traitement et protège les droits fondamentaux. Parallèlement à cela, nous demandons également à la Commission européenne de préparer un cadre sur mesure pour les partenariats de talents entre les États membres et les pays tiers.

Enfin, la rapporteure propose un ajout à la directive sur les sanctions à l'encontre des employeurs, qui permettrait aux travailleurs migrants, s'ils sont exposés à l'exploitation, de quitter leur employeur et d'en trouver un autre, sans perdre leur permis de travail. Cela leur donne un sursis pour quitter un employeur qui les exploite, sans avoir à risquer leur situation financière.