Frontière du Belarus : Lukashenko doit payer le prix du trafic d'êtres humains commandité par son régime

Auteur : Caroline Rhawi

Date :

Partager :

Bela bild

Le groupe Renew Europe au Parlement européen a appelé aujourd'hui à de nouvelles sanctions et mesures d'accompagnement à l’encontre du régime de Lukashenko et de M. Lukashenko lui-même, suite à la poursuite du trafic et de l’exploitation des migrants qu’il opère dans le cadre d'une perverse guerre hybride contre l'Union européenne.

Renew Europe demande aux autorités polonaises de veiller à ce que les lois européennes relatives à l'asile et les plus hauts standards en matière de droits fondamentaux soient appliquées à la situation qui se déroule à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie. Les droits des victimes de ce trafic doivent être au centre de nos préoccupations.

Le député européen de Renew Europe, Petras Auštrevičius (Mouvement libéral lituanien), rapporteur permanent du Parlement européen sur le Belarus, a déclaré :

« J'appelle l'Union européenne à enclencher la prochaine étape des sanctions. Le régime de Loukachenko doit immédiatement payer le prix pour ses attaques hybrides contre les États membres de l'UE voisins. L'horrible trafic de migrants doit cesser. La Pologne, pour sa part, a l'obligation de traiter les personnes exploitées avec dignité et se doit d’appliquer toutes les lois et normes européennes pertinentes. »

Sophie In 't Veld, députée européenne et coordinatrice de Renew Europe au sein de la commission des libertés civiles du Parlement européen, s’est également exprimée :

« Il est vraiment atroce de voir comment le régime biélorusse utilise les gens comme une arme. Nous devons faire payer le prix d’un tel comportement, mais aussi reconnaître que l'UE s'est déjà montrée vulnérable au chantage d'hommes forts et impitoyables à nos frontières. Nous devons mettre en œuvre un pacte commun en matière d'asile et de migration qui nous permette de faire face à de telles pressions. Les États membres s'opposent à de telles politiques depuis des années maintenant. J'appelle le gouvernement polonais à soutenir de telles initiatives à l'avenir et à demander l'aide de Frontex dans la crise actuelle. »