Le Parlement européen s’engage pour une nouvelle stratégie de lutte contre le cancer

Auteur : Miguel Antony M Chevalier

Date :

Partager :

Le cancer fait des ravages en Europe. Environ 1,3 million de personnes en meurent chaque année dont 6 000 enfants et jeunes qui perdent la vie du fait de cette maladie.

Dans un rapport de la commission parlementaire spéciale de lutte contre le cancer (BECA), rédigé par Véronique Trillet-Lenoir, qui doit être adopté en session plénière demain à Strasbourg, Renew Europe appelle à une stratégie active, basée sur des preuves scientifiques, pour inverser cette terrible tendance.

Afin de prévenir et de guérir davantages de cas de cancer, il faut supprimer les inégalités actuelles en matière de santé et les obstacles à l'accès de tous les Européens à des traitements égaux, abordables et innovants. Douze ans après la dernière stratégie européenne contre le cancer, une réponse nouvelle et ambitieuse de l'UE, s'articulant autour de la prévention, du dépistage précoce, de l’égalité d’accès aux meilleurs soins pour tous ainsi que du soutien aux patients et aux soignants.

Véronique TRILLET-LENOIR (Renaissance, France) déclare avant le vote : "Renew Europe sera fière de l'adoption de cette stratégie européenne historique de lutte contre le cancer. Le principal levier d'action sera la prévention : 40 % des cancers pourront être évités grâce à des mesures efficaces et courageuses. Aujourd'hui, nous plaçons la santé des citoyens au cœur de nos priorités !"

Dans le même but de prévenir le cancer, la plénière votera aussi cette semaine la directive sur les agents cancérigènes et mutagènes (CMD4). Ce sera le premier fondement législatif du plan européen de lutte contre le cancer. Trop de travailleurs en Europe sont exposés à des substances cancérigènes ou mutagènes sur leur lieu de travail. Relever la barre en matière de santé et de sécurité au travail est une priorité pour Renew Europe. Les professionnels de la santé, notamment les infirmières, seront mieux protégés contre les substances dangereuses qu'ils manipulent, en particulier lors des traitements contre le cancer. Une approche plus préventive sur le lieu de travail est non seulement dans l'intérêt des citoyens et des travailleurs, mais aussi cruciale pour la résilience à long terme de nos systèmes de santé.

Lucia ĎURIŠ NICHOLSONOVÁ (Indépendante, Slovaquie), négociatrice parlementaire lors du trilogue, a déclaré avant le vote : "C'est un énorme succès, non seulement pour les colégislateurs, mais avant tout pour les personnes sur le terrain dont nous cherchons à protéger la santé. Le Parlement demande depuis longtemps d'inclure les substances reprotoxiques dans le champ d'application de la directive CMD et de veiller à ce que les travailleurs, en particulier dans le secteur de la santé, soient protégés autant que possible lorsqu'ils manipulent des médicaments dangereux. Nous avons finalement réussi à en faire une réalité. Grâce à la législation révisée, des milliers de cas d'effets indésirables sur la santé et de décès seront évités chaque année."