L'UE doit soutenir la transition démocratique du Burkina Faso vers un gouvernement stable dirigé par des civils

Auteur : Lucian Goleanu

Date :

Partager :

Burkina Faso 2

Le groupe Renew Europe au sein du Parlement européen condamne le coup d’état militaire au Burkina Faso et toute autre tentative de prise de pouvoir par la force des armes. Notre groupe demande la libération inconditionnelle de l'ancien Président Kaboré et de tout autre prisonnier politique. Le Burkina Faso doit revenir à l'ordre constitutionnel le plus rapidement possible et mettre en oeuvre les promesses concrètes qu'il a faites pour y parvenir.

Une résolution d'urgence — débattue aujourd'hui en plénière et initiée par notre groupe politique — appelle la communauté internationale et l'UE à continuer à travailler étroitement avec les autorités burkinabées pour assurer une transition démocratique et rapide vers un gouvernement dirigé par des civils. La communauté internationale doit se tenir prête à apporter son soutien dans la mesure du possible, pour autant que le Burkina Faso respecte ses obligations internationales et nationales.

Il est de la première responsabilité des autorités du Burkina Faso d'assurer la sécurité sur son territoire et de protéger sa population dans le respect de l'état de droit, des droits fondamentaux et du droit international humanitaire.

Nous demandons également des enquêtes indépendantes, impartiales et contrôlées au niveau international afin de garantir l’imputabilité de tous les assassinats et de traduire les responsables en justice dans le cadre de procès équitables. Dans le même temps, nos députés européens déconseillent aux autorités burkinabées d'utiliser des sociétés militaires privées, en particulier le Groupe Wagner, pour former leur armée ou atteindre la stabilité. Renew Europe continue de penser que les activités du Groupe Wagner vont à l'encontre des objectifs de paix, de stabilité et de sécurité dans la région.

Jan-Christoph Oetjen (FDP, Allemagne), député européen Renew Europe, qui a négocié la résolution sur le Burkina Faso au nom de notre groupe politique, a déclaré :

« Le Burkina Faso entame un nouveau chapitre. La violence n'est jamais la réponse, mais le gouvernement actuel a montré sa volonté et son potentiel pour revenir à l'ordre constitutionnel le plus rapidement possible. Le peuple burkinabé a besoin de sécurité et d'un gouvernement stable pour reprendre sa vie, déracinée par un terrorisme incessant. Nous devons faire preuve de prudence et veiller à ce que le Burkina Faso respecte ses obligations internationales, mais nous sommes prêts à soutenir le peuple burkinabé dans sa quête de retour à l'ordre constitutionnel et à la démocratie. »

Partager :