Bosnie-Herzégovine : L'UE doit adopter des sanctions ciblées contre les sécessionnistes

Auteur : Lucian Goleanu

Date :

Partager :

Bosnia and Herzegovina

Le groupe Renew Europe au sein du Parlement européen a aujourd’hui tiré la sonnette d'alarme sur la situation politique en Bosnie-Herzégovine, à la suite d’une poussée de nationalisme et de séparatisme conduisant à des tensions accrues menaçant la paix, la stabilité et l'intégrité du pays.

L'escalade sécessionniste du leader des Serbes de Bosnie, Milorad Dodik, a amené le pays au bord du conflit. Le 9 janvier ("Journée de la Republika Srpska"), des célébrations illégales ont eu lieu dans toute l'entité serbe, des unités paramilitaires ont défilé dans les rues et des criminels de guerre condamnés ont participé à des rassemblements.

Les États-Unis ont déjà sanctionné Milorad Dodik. L’UE ne devrait pas attendre une nouvelle escalade pour faire de même.

S'exprimant lors du débat de ce jour, en plénière, sur la situation en Bosnie-Herzégovine, le député européen Renew Europe, Klemen Grošelj (Lista Marjana Šarca, Slovénie), a déclaré :

« Maintenant plus que jamais, la Bosnie-Herzégovine a besoin du soutien de l'UE. Nous avons l'obligation d'aider le pays à maintenir la paix et la stabilité internes, qui sont cruciales pour la sécurité de toute la région et de l'UE dans son ensemble. Nous devons continuer à encourager les autorités bosniaques à mener à bien les réformes clés et nécessaires qui sont décrites dans le plan en 14 points de la Commission et, en même temps, donner au pays une perspective réaliste d'obtenir le statut de candidat à l'UE. Il est également nécessaire d'envisager un mécanisme de sanctions visant tout acteur politique qui remet en cause l'unité de la Bosnie-Herzégovine et les valeurs fondamentales de l'UE. »

Le vice-coordinateur de Renew Europe au sein de la commission des Affaires étrangères (AFET), Ilhan Kyuchyuk (Mouvement pour les droits et libertés, Bulgarie), a ajouté :

« Alors que l'Europe et le reste du monde observent l'évolution de la situation en Ukraine avec horreur et en la condamnant de façon justifiée, il est vital que nous ne perdions pas de vue d'autres développements inquiétants proches de chez nous, en Europe.

Les actions de collusion de Milorad Dodik avec les dirigeants russes et les intentions séparatistes de ces derniers mois en Republika Srpska menacent la stabilité, la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Bosnie-Herzégovine et sapent les accords de paix de Dayton. L'UE doit intensifier et accroître son attention sur les événements en Bosnie-Herzégovine, et nous devons clairement montrer notre engagement collectif envers les aspirations européennes et euro-atlantiques du pays »