L'Europe doit s'unir pour résoudre la crise énergétique et garantir son indépendance vis à vis des énergies fossiles russes

Auteur : Alberto Cuena Vilches

Date :

Partager :

Energy independence from Russia

Les marchés mondiaux et européens de l'énergie traversent une période de turbulences, notamment depuis l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février dernier. Dans ce contexte, le groupe Renew Europe au Parlement européen se félicite du paquet énergétique annoncé aujourd'hui par la Commission européenne, qui détaille les mesures possibles afin d’obtenir des prix de l'énergie raisonnables et pour garantir la sécurité de l'approvisionnement en gaz en Europe dans les mois à venir.

Notre groupe politique soutient cette tentative d'atténuer l'impact des hausses des prix de l'énergie sur les ménages et les entreprises européennes, stimulant l'efficacité et la compétitivité du marché tout en garantissant aux consommateurs européens des choix abordables et plus durables. Cependant, il est essentiel que les États membres coordonnent leurs actions afin de garantir que l'intégrité du marché unique ne soit pas compromise.

La stratégie pour atteindre rapidement ces objectifs devrait être complétée par une accélération de la transition verte, ainsi que par des efforts accrus pour atteindre des objectifs d'efficacité énergétique élevée, le déploiement massif de sources d'énergie renouvelables européennes et l'achèvement d’infrastructures énergétiques véritablement interconnectées.

En outre, afin d’éviter un financement indirect de la guerre en Ukraine, Renew Europe plaide pour une Union de l'Énergie pleinement fonctionnelle et indépendante dès que possible du gaz, du pétrole et du charbon russes. À cette fin, Renew Europe appelle à un plan concret sur 10 ans pour que l'Europe parvienne à la pleine sécurité d'approvisionnement énergétique, à sa diversification et à son indépendance, en travaillant à la fois sur la demande et sur l'offre. Ce plan devrait inclure des jalons clairs à court et moyen terme, visant une indépendance totale vis-à-vis des combustibles fossiles russes au plus tard en 2027.

Morten Petersen (Det Radikale Venstre, Danemark), vice-président de la commission de l'industrie, de la recherche et de l'énergie (ITRE), déclare :

« Les propositions de la Commission reflètent très bien l'unité dont l'Europe doit faire preuve pour faire face à la crise énergétique actuelle et mettre un terme à ce que l'Europe parraine la machine de guerre poutinienne. Toute l'Europe devrait soutenir les propositions de la Commission visant à résoudre la crise énergétique à court terme. Structurellement, nous avons également besoin de choses comme des permis de construire plus rapides pour les énergies renouvelables et une meilleure efficacité énergétique des bâtiments. Travaillons ensemble pour garantir une date limite pour l'importation européenne de combustibles fossiles russes d'ici 2027 au plus tard, ainsi qu'une sécurité énergétique totale pour l'UE au cours de la prochaine décennie ».

Claudia Gamon (NEOS, Autriche), membre de la commission de l'industrie, de la recherche et de l'énergie (ITRE), ajoute :

« Nous saluons les propositions de la Commission visant à lutter de concert contre les pénuries d'approvisionnement énergétique. Nous devons tout faire pour être prêts avant l'hiver prochain. Mais nous devons également aider les citoyens dès maintenant. Les États membres disposent de tous les outils dont ils ont besoin. Je demande des allégements fiscaux dans toute l'Union européenne afin que les citoyens puissent plus facilement répondre à leurs besoins. À plus long terme, la réponse ne peut être que d'investir davantage dans les énergies renouvelables. Une transition énergétique plus rapide non seulement sauve le climat, mais nous rend également indépendants des autocrates. Chaque euro qui nous ne dépensons pas pour le gaz russe, c'est un euro qui ne finance pas la guerre de Vladimir Poutine en Ukraine ».