Salaires minimums dans l'UE : l'accord garantit des progrès en faveur de la réduction de la pauvreté au travail

Auteur : Alberto Cuena Vilches

Date :

Partager :

Minimum wage

Le groupe Renew Europe au sein Parlement européen se félicite de l'accord inter-institutionnel d'aujourd'hui pour une directive sur les salaires minimums adéquats dans l'UE. Ce texte établit un cadre afin d’améliorer l'adéquation des salaires minimums légaux et de promouvoir la négociation collective sur la formation des salaires, tout en respectant l'autonomie et la liberté contractuelle des partenaires sociaux ainsi que les spécificités des systèmes nationaux et des compétences nationales.

Notre groupe politique est fermement engagé dans la lutte contre la pauvreté sous toutes ses formes et estime que les salaires doivent assurer un niveau de vie décent aux travailleurs. C'est pourquoi Renew Europe, par l'intermédiaire de ses représentants politiques, a travaillé dur pendant l’ensemble du processus de négociation pour parvenir à un accord équilibré. Ce dernier établit des procédures permettant aux États membres de garantir que la fixation et la mise à jour des salaires minimums légaux soient guidées par des critères nationaux afin de promouvoir leur adéquation. Tous les pays européens devraient également promouvoir la négociation collective sur la fixation des salaires tout en respectant les pratiques et traditions nationales des États membres et leurs compétences en matière de fixation des salaires.

De même, le texte prévoit l'impact d'un salaire minimum adéquat sur la réduction de l'écart de rémunération entre les hommes et les femmes, une priorité essentielle pour la famille de Renew Europe, puisque selon Eurofound, les femmes sont surreprésentées parmi les salariés au salaire minimum dans presque tous les États membres, à plus de 60 %, alors qu'elles représentent généralement moins de 50 % de la main-d'œuvre.

L'accord final est une étape importante dans notre campagne pour assurer une vie décente aux travailleurs et réduire la pauvreté au travail, ainsi que pour construire des économies et des sociétés plus inclusives et plus résilientes à travers l'Europe.

Monica Semedo (Indépendante, Luxembourg), rapporteure fictive de Renew Europe sur ce dossier, a déclaré :

« Je suis fière de ce que nous avons réalisé avec cet accord. Il est important que les personnes qui se lèvent le matin et travaillent dur toute la journée puissent vivre décemment de leur salaire. Cette directive contribuera à réduire les inégalités salariales et la pauvreté au travail en garantissant que les salaires minimums légaux sont adéquats et régulièrement mis à jour. Elle devrait également contribuer à renforcer les négociations collectives sur la fixation des salaires, conformément aux législations et pratiques nationales. Il s'agit d'un pas en avant vers une Europe plus sociale, une Europe plus juste, une Union européenne du respect de l'autre ».

Dragoș Pîslaru (REPER, Roumanie), président de la commission de l’Emploi et des affaires sociales (EMPL) et membre de Renew Europe a ajouté :

« Nous avons travaillé ces dernières années sur cette politique clé pour offrir un nouvel outil contre la pauvreté au travail. Je pense que l'UE peut jouer un rôle important en aidant les États membres à coordonner leurs politiques et que, tout en respectant les pratiques nationales, la directive sur le salaire minimum peut permettre à un plus grand nombre de citoyens européens d'accéder au dialogue social, leur offrant ainsi de nouvelles possibilités d'être entendus ».