Modifier les traités de l'UE pour y inclure le droit à l'avortement

Auteur : Caroline Rhawi

Date :

Partager :

We wont go back abortion

Le projet d'avis de la Cour suprême des États-Unis visant à annuler la décision Roe v. Wade établissant le droit constitutionnel à l'avortement aux États-Unis s'inscrit dans une tendance mondiale anti-femmes qui se manifeste également en Europe. En Pologne, le gouvernement PiS cherche continuellement des moyens de contrôler le corps des femmes, et dans d'autres États de l'UE, comme la Croatie, la Slovaquie et la Lituanie, de nouvelles lois restrictives sont en discussion.

Mais nous ne reviendrons pas en arrière. C'est pourquoi Renew Europe souhaite modifier la Charte des droits fondamentaux de l'UE en vue d'y inclure le droit de chaque femme à l'avortement. Dans une résolution qui doit être adoptée par le Parlement européen demain, notre groupe souligne qu'en intégrant la protection juridique du droit à l'avortement dans les traités de l'UE, nous garantissons que tous les États membres permettent l'accès à la gamme complète des services de santé sexuelle et reproductive.

Samira Rafaela (Pays-Bas, D66), membre de la commission des droits de la femme et de l'égalité des genres, ainsi que négociatrice de Renew Europe sur la résolution du Parlement européen concernant les menaces mondiales sur l'avortement, a déclaré :

"La décision de la Cour suprême des États-Unis n'aura pas seulement un impact direct sur des millions de femmes et de filles aux États-Unis, mais encouragera également les mouvements anti-avortement dans le reste du monde. C'est pourquoi nous devons protéger le droit à l'avortement dans les traités de l'UE. Une fois pour toutes, les politiciens du monde entier doivent garder leurs politiques abjectes loin de nos corps."

Dans la résolution, les députés demandent également à la Cour suprême des États-Unis d'établir des protections juridiques du droit à l'avortement à l'échelle nationale et aux États membres de l'UE d'apporter tout le soutien possible, y compris une aide financière, aux organisations basées aux États-Unis qui défendent et fournissent des services de santé sexuelle et génésique.

Partager :

Contactez nos députés :