Veto sur l'accord fiscal : Le chantage du Premier ministre Orban est déplorable

Auteur : Alberto Cuena Vilches

Date :

Partager :

Taxation

L'abus scandaleux des vetos au Conseil européen par des gouvernements illibéraux est en train de devenir une menace existentielle pour l'Union européenne, déclare aujourd'hui Renew Europe dans un débat en plénière au Parlement européen.

La décision de dernière minute du gouvernement hongrois de retirer son soutien à l'accord soigneusement négocié par l'UE sur un impôt minimum mondial sur les sociétés de 15% pour les grandes multinationales, s'est clairement inspirée de l'exemple polonais qui a bloqué l'accord fiscal pour faire pression sur la Commission européenne afin qu'elle débloque les fonds de relance post-Covid.

Renew Europe n'acceptera pas que le gouvernement du Premier ministre Viktor Orbán, ou tout autre gouvernement, prenne en otage une législation européenne vitale comme moyen de chantage auprès des institutions européennes en vue d'obtenir des fonds. Nous soulignons que cet important accord fiscal, conforme à l'accord international OCDE/G20 d'octobre 2021, doit être finalisé et mis en œuvre immédiatement.

L'eurodéputé Gilles Boyer (Horizons, France), rapporteur fictif de Renew Europe sur le rapport sur un niveau minimum d'imposition pour les groupes multinationaux (Pilier II), a déclaré :

"Nous regrettons vivement le veto hongrois, d'autant que les demandes de ce pays ont été largement prises en compte dans l'accord international. Nous devons trouver au plus vite une issue à ce blocage et répondre à la demande des citoyens pour davantage de justice fiscale."