Accord sur la transparence salariale : briser le plafond de verre - à travail égal, salaire égal !

Auteur : Alberto Cuena Vilches

Date :

Partager :

Pay transparency PR OK

Aujourd'hui, l’inlassable lutte pour l'égalité des sexes a franchi une étape importante. Le groupe Renew Europe se félicite de l'accord inter-institutionnel sur la transparence des salaires. Il s'agit d'une réalisation qui marquera un tournant dans le renforcement du principe « à travail égal, salaire égal » ou « travail de valeur égale » entre les hommes et les femmes, en fournissant les mécanismes de renforcement nécessaires dans la lutte contre l'écart de rémunération injustifié entre les sexes dans les entreprises publiques et privées.

Dans le cadre de ses priorités, Renew Europe a demandé des mesures contraignantes de transparence salariale, telles qu'un droit à l'information avant et après la prise de poste pour tous les demandeurs d'emploi et les employés, des politiques transparentes de rémunération et de progression de carrière, ainsi que des rapports sur les salaires. De même, Renew Europe a fait pression pour que les États membres de l'UE prennent des sanctions fortes et obligatoires contre les entreprises présentant des déficiences structurelles.

Samira Rafaela (Democraten 66, Pays-Bas), députée européenne Renew Europe et rapporteure sur la directive sur la transparence salariale au nom de la commission de l’Égalité des genres et des Droits des femmes du Parlement européen, a déclaré :

« Aujourd'hui, nous avons obtenu un droit fondamental pour toutes les femmes en Europe. Pour la première fois dans la législation européenne, nous avons défini la discrimination inter-sectionnelle et nous avons explicitement inclus les personnes non binaires. Nous sommes désormais plus près de combler l'écart de rémunération entre les sexes, de garantir l'égalité de traitement et de lutter contre la discrimination dans notre Union. C'est une victoire non seulement pour nous, mais aussi pour tous les Européens. Avec la transparence salariale, nous disposons enfin d'une législation contraignante qui s'attaque à la discrimination salariale dans toute l'UE. Elle le fait de deux manières complémentaires. La première est le droit à l'information, qui renforce le pouvoir de tous les travailleurs en leur donnant le droit de recevoir et d'exiger la transparence en matière de rémunération. Deuxièmement, les employeurs doivent désormais rendre compte de l'écart de rémunération entre les sexes dans leur propre entreprise et le publier. Et ils doivent prendre des mesures correctives lorsqu'ils détectent un écart supérieur à 5 %. Les entreprises étant nos partenaires dans la réalisation de l'égalité des sexes sur le marché du travail, elles disposent d'une période de recours pendant laquelle elles peuvent corriger l'écart de rémunération de manière proactive ».

Au cours des négociations, notre groupe politique a également plaidé pour une approche équilibrée au niveau de l'UE afin de limiter la charge administrative pesant sur les entreprises, en particulier pour les PME, qui bénéficieront d'un soutien spécifique pour se conformer à la directive. Dans le même temps, Renew Europe a veillé à ce que les partenaires sociaux jouent un rôle important dans la promotion d'une plus grande transparence des salaires et dans la lutte contre la discrimination salariale entre les sexes.

Sylvie Brunet (Mouvement Démocrate, France), rapporteure fictive Renew Europe sur la directive relative à la transparence des rémunérations au nom de la commission de l’Emploi et des Affaires sociales du Parlement européen, a ajouté :

« L’accord de trilogue auquel nous sommes parvenus aujourd'hui est un pas décisif vers l'égalité des sexes. Il est primordial d'adopter des mesures fortes pour réduire l'écart salarial injustifié qui existe encore entre les hommes et les femmes au sein de l'UE (encore 13% de nos jours !). Au sein de Renew Europe, nous sommes fortement engagés dans le renforcement des droits des femmes à un salaire égal pour un travail égal. En particulier, je voudrais souligner la valeur ajoutée du texte, avec par exemple des dispositions fortes pour les personnes handicapées, des obligations ambitieuses de transparence et de reporting pour les entreprises, et des mesures spécifiques pour aider les PME à se conformer au texte. Un autre élément important est que les entreprises qui signalent des écarts de rémunération supérieurs à 5% auront la possibilité de corriger la situation pendant une période de recours de six mois, après quoi une évaluation conjointe des salaires sera déclenchée si l'écart de rémunération entre les sexes n'a pas été réduit ».

Partager :

Restez informé

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter et les communications de Renew Europe

Je suis un journaliste
Catégories d'abonnement