La ratification de l'accord de commerce et de coopération entre l'UE et le Royaume-Uni n'est pas un chèque en blanc, prévient Renew Europe

Auteur : Hugues Stéphane Beaudouin

Date :

Partager :

A la veille du vote du Parlement européen sur l'accord de commerce et de coopération entre l'UE et le Royaume-Uni, les députés européens de Renew Europe ont appelé aujourd'hui à la vigilance afin de garantir que l'accord de retrait et l'accord de commerce et de coopération soient mis en œuvre, afin de limiter autant que possible les dommages du Brexit, tout en garantissant la protection des intérêts des Européens.

Lors d'un débat précédant, le vote par consentement et la résolution qui l'accompagne, Malik Azmani, premier vice-président de Renouveau Europe, député européen, a déclaré :

"Cinq ans après le référendum sur le Brexit, nous constatons que quitter l'UE n'a pas été aussi facile que les Brexiteers l'avaient promis ; au contraire, cela a entraîné de sérieux dommages collatéraux. Renew Europe n'est pas encore convaincu de la volonté du gouvernement britannique de respecter ses engagements. Cet accord n'est pas un chèque en blanc ; la confiance doit être reconstruite.''

"Travailler avec le gouvernement britannique actuel signifie gérer les divergences au lieu de la convergence, ce qui a un coût pour les deux parties. Renew Europe espère un retour de la coopération et de la bonne foi sous les gouvernements britanniques actuels et futurs.''

Nathalie Loiseau, députée européenne, membre du groupe de coordination sur le Royaume-Uni et coordinatrice de Renew Europe, a déclaré :

"Notre responsabilité en tant que députés européens est de limiter autant que possible les dégâts du Brexit. C'est ce que nous devons faire aujourd'hui en ratifiant l'accord de commerce et de coopération, qui nous permet de poursuivre des relations privilégiées avec nos partenaires britanniques tout en protégeant les intérêts des Européens.''

"Nous devons veiller à ce que les engagements pris par le gouvernement britannique soient pleinement respectés, ce qui implique que notre contrôle parlementaire soit également sans précédent. De manière inquiétante, les tensions refont surface en Irlande du Nord, où la paix reste fragile, où le rôle de l'UE dans l'accord du Vendredi saint a sans doute été sous-estimé et où les difficultés inhérentes au Brexit ont été totalement ignorées."

"Les autorités britanniques multiplient les tracasseries administratives à l'égard des pêcheurs européens. Là encore, la Commission doit exiger calmement mais fermement le respect de l'accord et la protection de nos pêcheurs. Ce que nous avons défendu tout au long des négociations, nous veillerons à le faire respecter dans les années à venir. A tous égards et dans ce Parlement aussi, le temps de la naïveté est révolu".

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Hughes Beaudouin

Mob : +32 473 400 129

Email : hughes.beaudouin@europarl.europa.eu