Matière premières : Renew Europe demande une stratégie pour assurer la stabilité et l’indépendance des industries européennes

Auteur : Linda Aziz-Rohlje

Date :

Partager :

Raw materials
Raw materials


La Chine fournit à l'Union européenne 98 % de son approvisionnement en éléments terrestres rares. Cette situation n'est pas viable.

Pour Renew Europe, il est primordial que l'Union européenne développe une stratégie européenne afin de renforcer son autonomie stratégique et assurer un accès stable et sûr aux matières premières essentielles.

Avec la double transition verte et numérique en cours, la demande de certaines matières premières essentielles devrait être multipliée par 10 à 18 d'ici 2030. Renew Europe est plus que convaincu que les objectifs ambitieux, décrits dans le rapport adopté en plénière mardi, peuvent être atteints en diversifiant nos chaînes d'approvisionnement de manière durable mais aussi en améliorant les taux de recyclage et en stimulant l'approvisionnement national.

Le représentant de Renew Europe dans la rédaction du rapport, le député européen Mauri Pekkarinen, déclare :

« C'est un fait que l'énorme demande de matières premières critiques nécessaires pour atteindre les objectifs du Green Deal et l'autonomie stratégique de l’Union - que la Commission a souligné dans son propre rapport - dépasse clairement la capacité de recyclage actuelle et les objectifs fixés pour les activités minières mondiales.

Si nous voulons être honnêtes, nous devrions dire que nous avons besoin de plus d'exploitation minière et d'exploration de nouveaux minéraux en Europe afin de répondre à cette demande accrue.

Permettez-moi de donner un exemple. Le lithium, une matière première indispensable pour permettre la transition vers le transport électrique, a été inclus pour la première fois dans la liste des 30 matières premières critiques de la Commission. Rien que pour couvrir les besoins en batteries de voitures et en stockage d'électricité, nous aurons besoin de 18 fois plus de lithium qu'aujourd'hui d’ici 2030. En 2050, la demande pourrait être 60 fois plus importante qu'aujourd'hui. Nous ne pouvons pas fermer les yeux sur cette réalité. »