Cyber dimension of gender-based violence must be addressed by the Commission in upcoming Directive

Auteur : Caroline Rhawi

Date :

Partager :

C

Avec l'essor des nouvelles technologies et des plateformes de réseaux sociaux, la cyber-violence fondée sur le genre se développe à une vitesse toujours plus grande, avec des répercussions importantes sur la sécurité des femmes et des filles. Le harcèlement en ligne, la traque et d'autres menaces n'ont fait qu'être exacerbés par le passage en ligne pendant la pandémie, et les mesures prises jusqu'à présent ont été insuffisantes.

Dans un rapport axé sur la lutte contre la cyber-violence fondée sur le sexe et adopté aujourd'hui par les commissions FEMM et LIBE du Parlement européen, notre groupe appelle la Commission à introduire une législation appropriée pour réduire la violence fondée sur le genre et s'attaquer en particulier à la cyber-violence.

Soraya Rodríguez Ramos, rapporteure fictive de la commission FEMM sur ce rapport, déclare :

"Ce rapport est un pas important dans la bonne direction : disposer d'outils européens pour lutter contre toutes les formes de violence à l'égard des femmes et des filles, y compris la cyber-violence fondée sur le genre. Nous avons une fois de plus clairement demandé à la Commission européenne et aux États membres d'inclure la violence fondée sur le genre dans la liste des eurocrimes de l'article 83 (1) du Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne afin de disposer d'une base juridique solide pour une directive efficace et holistique afin de lutter contre tous les types de violence à l'égard des femmes et des filles, en ligne et hors ligne."

Notre groupe demande une directive qui établisse des mesures préventives pour combattre les causes profondes de la cyber-violence fondée sur le genre, en mettant l'accent sur l'éducation et la sensibilisation, ainsi que sur des actions visant à améliorer la protection et le soutien des victimes. Parallèlement, il est nécessaire de prendre des mesures pour accroître le nombre de signalements et de collecter des données appropriées afin de comprendre l'ampleur du problème. En outre, le rapport appelle à la criminalisation de la cyber-violence basée sur le genre, y compris l'introduction de règles minimales pour garantir des poursuites.

Yana Toom, rapporteure fictive sur ce rapport au sein de la commission LIBE, conclut : "Alors que le monde connaît une évolution vers le numérique, nous ne devons pas permettre aux auteurs de violences contre les femmes et les filles de s'en sortir en déplaçant leurs actes en ligne. Avec ce rapport, nous appelons la Commission européenne à renforcer sa prochaine proposition législative sur la violence fondée sur le genre, en l'élargissant pour couvrir les crimes sexistes commis en ligne ou à l'aide d'outils numériques, ainsi qu'en augmentant le soutien aux victimes et en promouvant davantage de recherches sur le sujet."