La suspension de la législation européenne sur l'asile à la frontière extérieure de l'UE avec la Biélorussie est disproportionnée : punissons Lukachenko, pas ses victimes, déclare Renew Europe

Auteur : Caroline Rhawi

Date :

Partager :

Whats App Image 2021 12 01 at 19 00 36

Déroger à la législation européenne sur l'asile à la frontière extérieure de l'UE avec la Biélorussie est disproportionné : punissons Lukachenko, pas ses victimes, déclare Renew Europe

La crise orchestrée à la frontière et l’exploitation de migrants à des fins de déstabilisation de l’UE par le régime de Lukachenko doivent être combattues par des mesures sévères à l’égard de ce régime et de ses partisans et non en dérogeant aux droits des êtres humains victimes de ces traffics. Ces derniers doivent être traités en conformité avec le droit international et européen. Cela est vital pour assurer la cohérence de l’ordre juridique européen.

Renew Europe est préoccupé par le caractère disproportionné des mesures d'urgence présentées par la Commission européenne qui dérogent aux règles européennes d'asile et appelle à de véritables garanties des droits des individus. Nous devons faire respecter les droits procéduraux et fondamentaux des demandeurs d'asile en toutes circonstances, y compris dans une situation de pression migratoire. Les frontières nationales avec la Biélorussie sont des frontières européennes. Il faut redoubler d'efforts pour forger une véritable politique européenne d'asile et de migration.

Sophie in 't Veld, eurodéputée et coordinatrice de Renew Europe au sein de la commission LIBE, a déclaré :

« La situation aux frontières extérieures de l'UE avec la Biélorussie nécessite notre attention collective, mais ne justifie pas la décision disproportionnée de suspendre effectivement le droit d'asile à la demande des gouvernements nationaux. La boîte à outils juridique de l'UE dispose de suffisamment d'instruments pour faire face à cette situation. Le commissaire Schinas et la présidente de la Commission devraient venir en séance plénière du Parlement pour expliquer cette décision perverse. Nous sommes en plein milieu des négociations sur le Pacte sur les migrations, et de telles décisions unilatérales de la Commission, servant les intérêts de gouvernements qui bloquent toute avancée d'une politique commune, est un signal totalement erroné. »

Aujourd'hui, Róża Thun, Fabienne Keller et Katalin Cseh, députées européennes au sein de Renew Europe, sont dans à la frontière polonaise avec des collègues d'autres groupes politiques pour évaluer la situation humanitaire. La crise humanitaire doit être traitée immédiatement, car les migrants piégés à la frontière polonaise manquent d'abris adéquats, de nourriture, d'eau et de soins médicaux.

Les députées européennes de Renew Europe, Róża Thun, Fabienne Keller et Katalin Cseh, ont déclaré :

« La réalité des demandeurs d'asile coincés entre les frontières est inimaginable. Et pourtant, les ONG et les journalistes se voient refuser l'accès à cette zone. Nous regrettons que le gouvernement polonais ait adopté hier soir une nouvelle loi qui prolonge l'état d'urgence de facto et permet au gouvernement d'éloigner les journalistes et les ONG de la zone. Cela nie les principes fondamentaux de l'Etat de droit. Tout régime dérogatoire en matière d'asile doit être conditionné au respect des droits fondamentaux et de l'Etat de droit. »