Renew Europe appelle à une meilleure intégration de la dimension de genre au Parlement européen

Auteur : Caroline Rhawi

Date :

Partager :

Gendermainstreaming

Un rapport, adopté aujourd'hui par la commission parlementaire des Droits de la femme et de l'Égalité des genres (FEMM), préconise plusieurs mesures pour renforcer l'intégration de la dimension de genre dans le travail politique et administratif du Parlement européen.

Le rapport, qui fait le point sur l'intégration de la dimension de genre réalisée au cours des deux dernières années, reconnait des améliorations tout en soulignant l'absence de progrès dans certains domaines, tels que l'insuffisance de la lutte contre le harcèlement sexuel sur le lieu de travail et l'absence de parité hommes-femmes dans les directions générales, à tous les niveaux.

Irène TOLLERET (Renaissance, France), rapporteur à la commission FEMM, a déclaré :

"Nous constatons que la mise en œuvre de l'intégration de la dimension de genre dans les politiques publiques et au sein des institutions de l'UE est aujourd’hui fragmentaire. Par exemple, de nombreuses propositions législatives ne tiennent pas compte du genre, l'intégration de la dimension de genre n'a pas encore été étendue à l'ensemble du budget de l'UE, et la parité au sein de l'organisation interne du Parlement européen et de ses groupes politiques est loin d'être atteinte. Ce rapport arrive à point nommé et émet d'importantes recommandations pour mettre en œuvre efficacement l'intégration de la dimension de genre. Il est grand temps d'opérer un changement de paradigme dans notre fonctionnement interne. Le Parlement européen doit être une institution modèle pour notre société. ."

Concrètement, le rapport appelle à l'inclusion de l'intégration de la dimension de genre dans le cycle budgétaire du Parlement européen et charge la Commission européenne de collecter et de ventiler les données par sexe et d'inclure des évaluations d'impact spécifiques sur le genre dans chaque proposition législative. Il demande également une formation obligatoire contre le harcèlement pour tous les députés et une formation obligatoire à la politique zéro harcèlement pour le personnel, la garantie d'un congé parental pour les députés et une révision du règlement intérieur du Parlement européen afin d'assurer l'équilibre hommes-femmes dans la nomination aux postes politiques.