DORA : l'accord garantit un règlement de cybersécurité flexible, proportionnel et à l'épreuve du temps pour le secteur financier de l'UE

Auteur : Alberto Cuena Vilches

Date :

Partager :

DORA trilogue

Le groupe Renew Europe au Parlement européen se félicite de l'accord interinstitutionnel d'aujourd'hui sur la loi relative à la résilience opérationnelle numérique (DORA), qui vise à renforcer et à protéger le secteur financier de l'UE contre les cyber-attaques et les autres risques potentiels auxquels il est confronté, en raison de l'interaction toujours grandissante entre ce secteur et celui des technologies de l'information et de la communication (TIC).

Notre groupe politique a travaillé dur pendant le processus de négociation en vue d'obtenir la mise en œuvre d'une gestion solide des risques liés aux TIC, des exigences en matière de tests et de rapports, tout en assurant la pérennité de la législation, en adhérant au principe de proportionnalité et en protégeant la concurrence.

De même, l'une des priorités de Renew Europe était d'introduire suffisamment de flexibilité dans le cadre de surveillance afin de garantir que l'UE reste une juridiction attrayante pour les entreprises qui souhaitent y investir, et que l'innovation soit encouragée et mise en avant. Nous avons veillé à une approche différenciée du règlement s'appliquant aux petites entités, micro-entités et entités interconnectées par rapport aux grandes multinationales financières et informatiques.

L'accord final est une étape importante dans notre campagne visant à stimuler la compétitivité numérique du secteur financier de l'UE, tout en protégeant la stabilité financière et en renforçant la protection des consommateurs.

L'eurodéputé Billy Kelleher (Fianna Fáil, Irlande), rapporteur du groupe Renew Europe sur DORA, a déclaré :

"L'accord politique provisoire d'aujourd'hui sur la loi relative à la résilience opérationnelle numérique (DORA) est une étape clé dans le renforcement de la cyber-résilience de l'UE, au point d'interaction des services financiers et des TIC. Nous sommes parvenus à un compromis solide, progressiste, mais à l'épreuve du temps - un compromis qui protégera ces secteurs cruciaux de notre économie contre les cybermenaces, tout en permettant aux entreprises de l'UE de rester compétitives sur la scène mondiale."