Réviser la Charte des droits fondamentaux de l'UE pour y inclure le droit à l'avortement

Auteur : Caroline Rhawi

Date :

Partager :

Abortion visual

Lors d'un débat au Parlement européen à Strasbourg aujourd'hui, Renew Europe a envoyé un message fort à toutes les femmes de l'UE : "Votre droit de décider de votre corps doit être gravé dans la pierre et préservé par la Charte des droits fondamentaux de l'UE."

Notre groupe politique a également souligné la nécessité pour tous les États membres de l'UE de garantir l'accès aux droits et santé sexuels et reproductifs (DSSR), tels que les méthodes et les fournitures contraceptives, les informations sur la contraception et l'éducation sexuelle.

Les députés européens voteront cette semaine sur une résolution initiée par Renew Europe visant à amender la Charte des droits fondamentaux de l'UE pour y inclure le droit de chaque femme à un avortement sûr et légal.

Stéphane Séjourné, Président de Renew Europe, a déclaré :

"L'affaiblissement du droit à l'avortement aux États-Unis a clairement montré pourquoi nous devons utiliser tous les outils disponibles afin de sauvegarder le droit à l'avortement dans l'Union européenne. La tendance mondiale anti-femmes est également très évidente en Pologne, où le gouvernement PiS a imposé de nouvelles lois pour contrôler le corps des femmes au cours des dernières années, et dans d'autres États de l'UE, comme la Croatie, la Slovaquie et la Lituanie.

C'est pourquoi le document contraignant qui codifie les libertés et les droits personnels des citoyens de l'UE doit être élargi. Nous devons faire plus que signer des résolutions et condamner l'idéologie extrémiste qui remet en cause l'autonomie des femmes - la protection juridique du droit à l'avortement doit être intégrée dans la Charte des droits fondamentaux de l'UE."

Soraya Rodríguez Ramos, coordinatrice au sein de la Commission des droits de la femme et de l'égalité des genres (FEMM) et rapporteure fictive sur la résolution, a déclaré :

"Le nombre d'avortements ne diminue pas lorsque le droit à un avortement sûr et légal est interdit, seul le nombre de femmes qui avortent dans des conditions clandestines augmente. Ce débat ne porte pas sur la défense de la vie, malgré les affirmations des mouvements anti-avortement. Il s'agit d'un débat sur la liberté des femmes. Le droit à un avortement sûr et légal doit rester un droit fondamental pour toutes les femmes européennes."