Faire face à la hausse du coût de la vie exige une feuille de route économique et sociale ambitieuse

Auteur : Alberto Cuena Vilches

Date :

Partager :

Rising cost of living

Au cours du débat en session plénière aujourd'hui sur les initiatives de l'UE visant à faire face à l'augmentation du coût de la vie, y compris la mise en œuvre du socle européen des droits sociaux, le groupe Renew Europe au Parlement européen a appelé la Commission et le Conseil à agir afin d'atténuer l'impact croissant des pressions inflationnistes, nées de la guerre en Ukraine, sur tous les groupes sociaux à risque.

L'inflation dans la zone euro a atteint 8,1% en mai, le niveau le plus élevé jamais enregistré depuis la création de l'euro, selon Eurostat. L'augmentation des prix de l'énergie, des carburants et des denrées alimentaires affecte le pouvoir d'achat des ménages et réduit la compétitivité des entreprises et de l'industrie. C'est pourquoi notre groupe politique appelle à des plans d'urgence, aux niveaux national et européen, pour mettre en œuvre des mesures anticrise et lutter contre les inégalités sur le marché du travail, la pauvreté énergétique et la pénurie alimentaire, tout en renforçant la résilience sociale.

De même, Renew Europe a rappelé l'importance de compléter notre Union économique et monétaire pour permettre à la Banque centrale européenne et aux institutions européennes dans leur ensemble de répondre beaucoup plus rapidement, efficacement et avec plus de certitude aux risques de crises futures.

Luis Garicano (Ciudadanos, Espagne), vice-président de Renew Europe et coordinateur de la commission parlementaire des Affaires économiques et monétaires (ECON), a déclaré :

« Le principal outil dont nous disposons pour lutter contre l'augmentation du coût de la vie est notre Banque centrale, mais la BCE est incapable d'agir alors que notre union économique et monétaire est si incomplète. Nous ne pouvons pas continuer à avoir une union monétaire qui est en danger à chaque crise. Si nous ne complétons pas l'union monétaire, l'euro ne survivra pas ».

Dragoș Pîslaru (REPER, Roumanie), président de la commission parlementaire de l'Emploi et des Affaires sociales (EMPL), a ajouté :

« Pulvériser de l'argent par hélicoptères ne suffit pas. Relever le défi de l'augmentation du coût de la vie nécessite des réformes et des investissements durables, libérant le potentiel des révolutions verte et numérique, tout en renforçant la résilience sociale. Maintenant, plus que jamais, il est grand temps d'investir dans l’humain, par l'éducation, par le développement des compétences, par l'accès à l'entrepreneuriat et aux opportunités formatrices, en particulier pour nos enfants et nos jeunes. Nous avons besoin que les générations futures croient en l'Europe et aident à son renouveau, et pour cela nous devons ouvrir l'Europe à leur implication et à leur participation active ».