Renew Europe condamne l'"attaque directe" du gouvernement polonais envers la liberté des médias et l'Etat de droit

Auteur : Caroline Rhawi

Date :

Partager :

Renew Europe est profondément préoccupé de voir comment la liberté des médias, un pilier essentiel de la démocratie, est menacée en Pologne. Dans le débat en séance plénière d'aujourd'hui au Parlement européen, notre groupe condamne fermement la dernière tentative du gouvernement PiS de faire taire les voix critiques par le biais du projet déjà appelé Lex-TVN, que l’on ne peut qualifier que d’attaque directe envers le pluralisme des médias.

La détérioration de l'État de droit et de l'indépendance du pouvoir judiciaire figure également au centre du débat et de la résolution du Parlement européen sur la Pologne, qui doit être adoptée demain. La remise en cause par le Premier ministre de l’Etat de droit européen est inacceptable car la primauté de l'Union sur le droit national n'est pas facultative ; tous les pays qui ont adhéré à l'UE ont souscrit à ce principe. L'indépendance des juges européens n'est pas négociable et tous les États membres doivent respecter les arrêts de la Cour européenne de justice.

Michal Šimečka, rapporteur fictif de Renew Europe pour la résolution du Parlement européen sur la Pologne, a déclaré :

"Selon tous les normes, la démocratie et l'État de droit sont en sérieux recul en Pologne. Il est donc grand temps de laisser tomber cette apparence de dialogue en cours et de passer à des actions concrètes. Plus important encore, l'accès aux financements de l'UE doit être conditionné au respect des règles et valeurs communes. L'UE ne peut pas parrainer l'autoritarisme".

Renew Europe se réjouit que la Commission européenne se réveille enfin à nos appels répétés à l'action en introduisant des pénalités quotidiennes envers la Pologne pour avoir ignoré les décisions de justice ainsi qu'en retenant le plan de relance et de résilience polonais. Toutefois, il ne peut s’agir que d’une première mesure. La Commission européenne doit déclencher immédiatement le mécanisme de conditionnalité de l'État de droit et s'abstenir d'approuver le plan de relance et de résilience polonais jusqu'à ce que chaque arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne soit exécuté.