Renew Europe exige que les femmes polonaises puissent disposer de leur corps

Auteur : Caroline Rhawi

Date :

Partager :

1


Le 22 octobre 2020, le Tribunal constitutionnel polonais, illégitime, a décidé d'imposer une interdiction de facto de l'avortement. Un an plus tard, nous pouvons constater les effets de cette attaque majeure contre les droits sexuels et génésiques des femmes. Cela a énormément augmenté les souffrances des femmes polonaises, qui sont désormais contraintes de poursuivre leur grossesse en cas de malformations graves ou pouvant entraîner la mort du fœtus ou de recourir à des avortements dangereux.

A la veille d'un débat en plénière au Parlement européen aujourd'hui, Karen Melchior, eurodéputée membre de la commission de l'égalité des genres et coordinatrice de Renew Europe sur la résolution à venir, exprime ses inquiétudes :

"L'interdiction de facto de l'avortement en Pologne l'année dernière a représenté un énorme revers pour les droits et l'égalité des femmes. Le droit de disposer de notre propre corps doit être protégé dans toute l'Europe. Nous ne pourrons combattre l'attaque coordonnée contre nos droits fondamentaux qu'en travaillant activement ensemble. Toute l'Europe doit être solidaire des femmes polonaises. Aujourd'hui et toujours".

Certaines des courageuses militantes polonaises pour la santé et les droits sexuels et génésiques sont au Parlement européen aujourd'hui, donnant un visage à la lutte pour les droits des femmes en Pologne. Renew Europe exprime son plus grand soutien aux femmes polonaises qui défendent le droit de chaque femme de disposer de son propre corps. Votre combat est notre combat.

Chrysoula Zacharopoulou, membre de la commission de l'égalité des genres et membre du groupe "Nous tous" du Parlement européen, déclare :

"Depuis 6 ans, le gouvernement polonais viole toutes les règles démocratiques, s'attaque aux droits des femmes, à la justice, aux médias, aux personnes LGBTI. Tous persécutés au cœur de l'Europe. Les droits de l'homme tombent comme des dominos. Jusqu'où allons-nous laisser l'autoritarisme corrompre l'Europe ?"